5 comportements qui t’empêchent peut-être d’avoir confiance en toi

14 Juin 2019 | Développement personnel | 8 commentaires

La confiance en soi est un sentiment essentiel au bien-être. Pour autant, tu sais qu’il n’est pas simple de l’obtenir et de l’entretenir. Pour instaurer ce sentiment, il faut travailler sur ton comportement, tes pensées et attitudes. Peut-être que tu manques de confiance en toi et que tu cherches des solutions pour rebooster ce sentiment?

Dans cet article, je te propose de voir ensemble 5 comportements et attitudes que tu as envers toi-même et qui nuisent à ta confiance en soi. En prenant conscience de ces comportements et attitudes tu seras en mesure d’agir sur ces points et de changer la relation que tu entretiens avec toi-même.

1. Le dénigrement et ses méfaits sur ta confiance en toi

Tu te doutais bien le retrouver ici celui-là! Pour cause, le dénigrement est la meilleure solution pour entretenir une faible estime de soi. Le dénigrement signifie nier la qualité de quelqu’un ou de quelque chose.

C’est lorsque tu te répètes en permanence le type de réflexions que je vais te citer ci-dessous, que tu entretiens consciemment ou non une mauvaise image de toi-même:

  • « je ne pourrais jamais réussir ça »
  • « je suis vraiment nul »
  • « je ne suis pas capable de faire tel ou telle chose »
  • « je n’y arriverais pas, je n’y suis jamais arrivée, je ne vois pas pourquoi ça changerait aujourd’hui. » (ma favorite)
  • « je ne ressemble à rien »
  • « je ressemble à un … »
  • « je ne suis pas jolie »

Je pourrais continuer cette liste, mais elle serait interminable. Une chose qu’on m’a dite un jour et que j’aime dire à présent c’est: « accepterais-tu toutes les remarques désobligeantes que tu te fais, mais venant de quelqu’un d’autre? ».

Je ne pense pas et ce qui est tout à fait normal. Mais alors pourquoi tu t’autorises autant de méchanceté envers toi-même?

Traite-toi comme si que tu étais la prunelle de tes yeux. Considère-toi comme tout autre individu : avec respect, amour et bienveillance ❤.

À lire: Apprendre à s’aimer soi-même.

Lorsque tu te surprends à avoir ce genre de remarque vis-à-vis de toi-même, reprends-toi en reformulant cette réflexion négative de manière plus positive et objective.

Par exemple pour une phrase telle que « je ne pourrais jamais réussir ça », dit-toi plutôt: « je suis capable de réussir ». Enlève la négativité envers toi-même et encourage-toi, deviens ton propre coach!

Même si tu venais à subir un échec, dis-toi tout simplement que c’est ok et que tu es capable de réussir la prochaine fois. Dis-toi également que plus tu te répèteras ce genre de penser dans ton esprit, plus tu finiras par y croire et à en faire ta vérité. Alors mieux vaut que ce soit des choses positives plutôt que dénigrantes non?

Si tu ne connais pas, la méthode Coué est une très bonne solution pour modifier consciemment ta façon de penser. Par conséquent, c’est également une bonne technique pour reformuler de manière positive les phrases dénigrantes que tu peux t’infliger. Les affirmations positives sont bénéfiques pour ton état d’esprit mais également pour reprendre confiance en toi. Pratiquer cet exercice tous les jours, accompagné d’autres actions te permettra sur le long terme de booster ta confiance en soi!

Sous-estimer tes capacités entretiens une faible estime et confiance en toi

Ce frein entraîne bien souvent le précédent. Tu sous-estimes tous le temps tes capacités. Même si au fond de toi tu sais que tu es capable, tu nies et tu te mens à toi-même. À cause de différents facteurs comme le dénigrement, tu ne t’évalues pas à ta juste valeur.

À lire: 3 exercices pour améliorer ta connaissance de soi.

Imagine-toi une journée entière avec une personne qui te chuchote sans cesse à l’oreille : « laisse tomber, tu n’es pas capable de le faire ». Je pense que comme moi, tu risques de criser au bout de quelques heures. Ce qui est normal! Mais alors pourquoi le faire sans cesse avec toi-même?

Imagine que cette personne c’est la petite voix que tu as dans ta tête. Tu ne préférerais pas entendre un discours plus positif vis-à-vis de tes capacités, de ce que tu es, de l’importance que tu as et de ta valeur ajoutée?

Certes, il y a forcément des domaines dans lesquels tu es mauvaise et c’est ok. C’est aussi important de le reconnaître. Cependant on a tous des domaines dans lesquels on est doué et où on a plus de facilité que d’autres. Et c’est dans ces activités que tu dois investir ton temps, ton énergie, t’estimer à ta juste valeur et t’encourager.

Sans oublier qu’il est également important de sortir de temps en temps de ta zone de confort pour découvrir et apprendre de nouvelles choses. Bien qu’on aimerait tous l’éviter, l’échec est important pour tirer des leçons, grandir et évoluer en tant qu’individus.

À lire: comment sortir de sa zone de confort.

Un exercice que je te recommande de faire est de lister les choses pour lesquelles tu es doué et où on te complimente souvent. Note également tes valeurs, qualités et ce que tu aimes chez toi. Apprends ensuite à mettre ces éléments en lumière dans ton quotidien et à te complimenter s’il le faut! Il ne s’agit pas non plus d’être imbu de soi-même, mais simplement de reconnaître ta vraie valeur et ce que tu peux apporter à ce monde. Dès que tu sens que tu commences à pencher du mauvais côté, reprend cette feuille et relit là. Ressens les émotions positives que cela te procure, inspire profondément et retourne ensuite à tes occupations une fois que tu te sens reboostée.

Te définir par tes échecs renforce ton manque de confiance en soi

On a tous fait des erreurs dans notre vie. Comme ça arrive à tout le monde de ne pas réussir. Peu importe les raisons ou les causes, certaines te restent en mémoire et tu n’arrives pas à en tirer des leçons.

Dès que tu rencontres une situation qui te fait revivre ce sentiment d’échec, tu te braques. Tu n’as pas envie de te confronter de nouveau à cette situation, alors tu esquives et tu te défiles. Au final, tu n’oses plus sortir de ta zone de confort et entreprendre de nouvelles choses. Tu ne t’autorises plus à vivre de nouvelles expériences.

Ce que je vais te dire te semblera peut-être être une phrase bateau, mais on apprend de chaque erreur qu’on commet. Car sans erreur tu n’avances pas, tu n’apprends pas et tu n’évolues pas. Tu as besoin d’échouer pour t’améliorer.

 » L’échec c’est l’opportunité de pouvoir recommencer d’une autre façon. « 

La peur de l’échec, je pense que tu dois la connaître autant que moi et que ton voisin. Tu sens cette peur arriver au moment où tu as envie d’entreprendre de nouvelles choses, ou alors quand tu tentes une nouvelle fois quelque chose que tu as déjà raté. La peur est commune à tous. Je dirais que sa présence est normale sauf dans le cas où tu laisses celle-ci prendre le dessus sur tes pensées et actions.

À lire: comment j’ai surmonté ma peut du changement et passer à l’action.

Pour les raisons que je t’ai cités au début de ce point, elle est un problème par ce qu’elle t’empêche d’agir. Parce que tu laisses tes erreurs définir qui tu es, quelles sont tes capacités et guider ta vie. Sauf qu’avoir peur c’est normal. Mais ta volonté doit être plus forte que celle-ci.

Ta volonté est celle qui est au fond de toi. Comme celle d’apprendre de nouvelles choses, de devenir qui tu as envie d’être ou encore celle de réaliser tes rêves. Si les grands Hommes de cette planète s’étaient arrêtés au premier échec, on ne connaîtrait peut-être pas le confort que l’on a aujourd’hui, ou encore on ne serait peut-être jamais allé sur la Lune.

Ce n’est pas par ce que tu n’as pas réussi telle chose que tu n’es bon à rien, ou encore que tu ne pourras pas réussir la prochaine fois. Accepte cette expérience telle quelles, ainsi que les émotions qui vont avec et ne baisse pas les bras.

Plus tu t’encourageras et plus tu seras dans l’acceptation, moins tu te laisseras te définir par celles-ci. La perception est la vérité que l’on s’impose et tu es en mesure de choisir la vérité que tu décides d’avoir. Saches que tu as le choix dans ta manière de penser et d’agir.

À lire: remodeler l’image et la perception que tu as de toi-même en 4 étapes.

Tu te focalises sur le jugement des autres et tu n’arrives pas à avoir confiance toi

Dans la construction de l’identité de tout individu, l’environnement social est un premier facteur. Dès la naissance on a besoin des autres pour grandir, évoluer et apprendre ↗. Ce sont eux qui nous éduque aux règles du groupe.

Lorsqu’on grandit, la place des parents est toujours importante. Cependant on est influencé par d’autres relations, comme les amis et connaissances. C’est lors de l’étape d’individuation que le jugement des autres peut poser problème.

Soit, on a besoin des autres pour notre bien-être. On a besoin de leurs avis et conseils pour prendre des décisions ou faire des choix. Cependant, il est important de garder à l’esprit que l’avis ou le jugement des autres ne doivent pas impacter ta personnalité et ta propre vérité.

Si les autres te disent que c’est une mauvaise idée mais que tu sens au fond de toi que cela est bon pour toi, alors il faut passer outre les remarques. Que ce soit dans tes projets, ton style vestimentaire ou dans n’importe quel domaine. Pends uniquement en compte les remarques constructives.

Dans la vie tu rencontreras des personnes qui ne voudront que te mettre des bâtons dans les roues. Par jalousie, envie ou simplement par méchanceté. C’est ce genre de personne que tu dois éviter et éloigner de ta vie. Sans ça, tu te laisseras toujours bouffer par ce que les autres pensent de toi et tu n’oseras jamais réellement être qui tu es.

Et si tu suis mon blog depuis un moment, tu sais que pour moi, être soi est un élément essentiel à l’épanouissement de soi. Sans ça, on vit pour les autres et on masque notre réelle personnalité dans le but de plaire aux autres.

Alors que s’il y a bien une chose que tu dois garder en tête, c’est que peu importe ce que tu feras dans la vie, les gens auront toujours des choses à redire. Cette fable que je vais te citer ci-dessous reflète parfaitement le message que j’essaie de te faire passer sur ce point:

Un vieux sage avait un fils qui ne voulait pas sortir de sa maison, car il était complexé par son physique. Il craignait que l’on se moque de lui. Son père lui expliqua alors qu’il ne fallait jamais écouter les gens et qu’il allait lui en donner la preuve.

– « Demain, dit-il, tu viendras avec moi au marché. »

Tôt de bon matin, ils quittèrent la maison, le vieux sage sur le dos de son âne et son fils marchant à ses côtés. Quand ils arrivèrent sur la grande place du marché, des marchands ne purent s’empêcher de murmurer :

– « Regardez cet homme ! Il n’a aucune pitié. Il se repose sur le dos de l’âne et laisse son pauvre fils à pied. »

Le sage dit à son fils : « Tu as entendu ? Eh bien, demain, tu viendras avec moi au marché ! ».

Le deuxième jour, le sage et son fils firent le contraire : le garçon monta sur le dos de l’âne et le vieil homme marcha à ses côtés. A l’entrée de la place, les mêmes marchands étaient toujours là.

– « Regardez cet enfant qui n’a aucune éducation ! » dirent-ils « Il est tranquille sur le dos de son âne, et laisse son pauvre père se traîner dans la poussière ! Si ce n’est pas malheureux de voir pareil spectacle ! »

– « tu as entendu ? » demanda le père à son fils, « demain, tu viendras avec moi au marché ! »

Le troisième jour, ils partirent tous deux à pied, tirant l’âne derrière eux au bout d’une corde.

– « Regardez ces deux imbéciles, se moquèrent les marchands. Ils marchent à pied, comme s’ils ne savaient pas que les ânes sont fait pour être montés ! »

Le sage dit à son fils : « tu as bien entendu ? Alors demain, tu viendras avec moi au marché ! »

Le quatrième jour, lorsqu’ils quittèrent leur maison, ils étaient tous les deux juchés sur le dos de l’âne. A l’entrée de la place, les marchands laissèrent éclater leur indignation :

– « quelle honte ! Regardez ces deux-là ! Ils n’ont aucune pitié de cette pauvre bête ! »

Le cinquième jour, ils arrivèrent au marché en portant leur âne sur leurs épaules. Mais les marchands éclatèrent de rire :

– « regardez ces deux fous qui portent leur âne au lieu de le monter ! »

Aussi le sage conclut-il : « Mon fils, tu as entendu, quoi que tu fasses dans la vie, les gens trouvent toujours à critiquer. C’est pourquoi tu ne dois pas te soucier de leurs opinions : fais ce que bon te semble et passe ton chemin ! »

D’après un conte Persan « L’éducation d’un sage » – Extrait de « Les Philo-fables » de M. Piquemal et P. Lagaudrière, Albin Michel 2003.

Faire passer les besoins des autres avant les tiens pour au final t’oublier

Sur le coup faire passer les besoins des autres avant les tiens ne te fait pas trop de mal. Tu te dis que tu fais plaisir à l’autre et que tu peux bien faire l’effort de temps en temps. Le problème survient lorsque cela devient récurrent et presque comme habituel. Car, lorsque tu cèdes en permanence aux désirs de l’autre, tu mets dans les plus part des cas les tiens sur le banc de touche.

Sur le long terme, ne pas exprimer et satisfaire tes besoins sont fatals pour ta confiance en soi. Car en réalité tu n’affirmes pas ta personnalité et tu réduis ton importance à des « pour plus tard ». Tu ne dis pas « non » quand tu n’en as pas envie et inconsciemment cela à un gros impact sur la confiance et l’estime que tu as de toi-même. Au final tu finis par t’oublier et ne plus vraiment prendre soin de toi.

Tu peux faire des efforts de temps en temps et faire des compromis. Cependant il faut tout de même que ça soit par plaisir et non par obligation ou par peur de contrarier l’autre. Comme cela ne doit pas aller à l’encontre de tes valeurs et principes. Bien entendu il existe des situations où tu n’as pas vraiment le choix, comme dans le domaine professionnel. Mais tu dois apprendre à bien différencier les situations où tu n’as pas vraiment le choix, de celles où tu peux dire non.

Il est donc important que tu sois à l’écoute de toi-même, de tes besoins et désirs profonds. Tu peux faire des compromis, mais garde également à l’esprit que cela doit se faire dans les deux sens.

De plus, si tu as tendance à toujours dire « oui » à toutes les demandes par peur de contrarier l’autre, tu dois travailler sur le fait d’oser dire non. Tu dois affirmer qui tu es et te dire que tes besoins ne sont pas moins importants que ceux des autres!

Si tu souhaites travailler davantage sur ta confiance en soi voici 5 articles du blog que je te recommande également et qui pourraient t’aider:

8 Commentaires

  1. Charlotte

    Bonjour Cécile, cela me touche de savoir que cet article vous ais apporté un peu de réconfort et je l’espère, un déclic. En effet, au vu de votre passé, entretenir une image positive de vous-mêmes et vous donner de l’importance n’est pas évident. Je vous recommande le livre « les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même » de Lise Bourbeau. Ce livre pourra notamment vous aider au niveau de vos blessures de l’enfance. Si vous souhaitez en discuter, vous pouvez me contacter par mail : charlotteglbt.blog@outlook.fr !

  2. Denis Cécile

    Bonjour, Je viens d’avoir la joie de rencontrer votre article et je vais vous dire que j’en avais vraiment besoin car , suite à une blessure d’enfance, j’ai toujours eu une image négative de moi – peur de déplaire aux autres et de ce fait je ne vis qu’en fonction des autres. Merci de bien vouloir m’aider à retrouver ma confiance en moi. Cécile

  3. Charlotte

    Bonjour, merci beaucoup pour ce retour. Je suis vraiment contente que cet article vous ait plu! C’est super et je suis sûr que la suite sera encore plus riche et abondante. Merci pour votre partage.

  4. Eugene

    C’est un article bien rédigé, il fut un moment où le manque de confiance m’a tellement saboté la vie. Depuis peu je me suis mise au travail et Aujourd’hui je peux dire que je suis une nouvelle personne même comme je continue a m’améliorer jour après jour.
    Merci!

  5. Charlotte

    Hello !
    On ne pourrait pas considérer la confiance en soi comme une pathologie, car liée à une maladie. Pour sûr le manque de confiance en soi est un mal qui concerne beaucoup d’entres-nous. Je comprends tout à fait ton ressenti et rassures-toi tu n’es pas le seul dans cette situation. Dans ce que tu me décris, tu as l’air de porter beaucoup d’importance au regard et aux jugements des autres. En essayant de travailler dans un premier temps sur l’image que tu as de toi-même, de qui tu es, tes capacités et compétences, tu pourras par la suite mieux les affirmer face aux autres. De même, apprendre à te détacher de ce que les autres peuvent penser de toi pourrait également t’aider. Je pense également là au syndrome de l’imposteur, un article est prévu sur le sujet dans les semaines qui arrivent, mais peut-être que tu vis également l’expérience de l’imposteur ce qui amplifie ce manque de confiance en soi. Je n’affirme rien, mais ce sont peut-être des pistes à explorer.
    J’espère que tu vas bien et que tu réussiras à rebooster ta confiance en soi !
    Bien a toi.
    Charlotte

  6. Aboubakari ZIBRILLA

    Le manque de confiance en soi est la plus grande des pathologies que l’on ignore. Le plus souvent je me sens sous estimer non seulement par les autres mais aussi par moi-même car étant trop susceptible.

  7. Charlotte

    Coucou Oriane, merci beaucoup pour ton commentaire ! Le regard des autres comptent beaucoup pour certaines personnes, au point parfois que cela en devienne une obsession ! Ce n’est pas facile de réussir à s’en détacher, c’est certains que tu dois te sentir mieux désormais, comme libérée !

  8. Oriane

    Top cet article, c’est tellement vrai, j’ai connu une période où j’étais très attachée au regard des autres et de fait côté confiance c’était pas fou, jusqu’à ce que je comprenne que ça ne servait en fait à rien et depuis tout va tellement mieux 🙂

Qu'as-tu pensé de cet article?

D’autres articles qui pourraient t’intéresser

Se lancer dans un side project

Se lancer dans un side project

Avant que ce blog soit au cœur de ma vie professionnelle et que je me décide enfin à en faire mon business en ligne, il a pendant longtemps été mon side project. Je travaillais en tant que salariée pendant qu’en parallèle je développais mon site internet et mon blog. Je pense que beaucoup d’entrepreneurs ont commencé comme moi. Par un side project qui finit par devenir une activité professionnelle.

Les 7 piliers du développement personnel selon Steve Pavlina

Les 7 piliers du développement personnel selon Steve Pavlina

Steve Pavlina est un blogueur Américain à la tête d’un site internet renommé dans le domaine du développement personnel. Il est également l’auteur du livre « le développement personnel pour les gens intelligents ». Dans son ouvrage il présente les 7 principes fondamentaux en développement personnel pour mener une vie épanouissante et qui a du sens.

Ta mini-formation Pinterest offerte

Tu souhaites te lancer sur Pinterest, ou tu commences et ne sais pas trop par où commencer, ni quoi faire?

J’ai créé pour toi une mini-formation en 5 modules et 9 vidéos où je te donne les bases pour commencer à développer ta présence sur Pinterest!

La bonne nouvelle c’est qu’elle est 100% gratuite !

%d blogueurs aiment cette page :